• Icovape

Steven Pomeranc, souhaite que les mentalités changent.





• Comment êtes-vous arrivé à la vape à titre personnelle?

J’ai un parcours un peu spécial par rapport à la vape car je n’ai jamais fumé.Actuellement je vapote avec du 3mg de nicotine car je trouve cela agréable, cela me déstresse : surtout du gourmand.


• Au niveau professionnel ?

Mon premier métier est le textile. J’avais des boutiques de vêtements dans plusieurs villes en Belgique. Un de mes commerce se trouvait à Brugge. Je souhaitais arrêter ce point de vente car mes résultats n’étaient pas au rendez-vous pour la gamme textile que je proposais. Plutôt que de le fermer, j’ai ouvert un magasin de cigarettes électroniques en décembre 2013 sous une franchise Marseillaise La Galou. Les débuts ont été difficile car je ne vendais pas de nicotine, à l'époque, c’était interdit. Le déclic s’est fait fin 2015 où les ventes ont explosées.

Étant bruxellois, j’ai décidé de créer mon propre réseau de boutiques à Bruxelles, ‘La Vapotheque’ début 2016. J’ai actuellement 5 boutiques dont une à Waterloo. J’avais également jusqu’à 2018, 3 boutiques en Flandres (Brugge, Oostende et Izegem) que j’ai fermé car le marché est très différent de ce côté linguistique et je ne pouvais pas avoir la même présence que j’ai à Bruxelles vu la distance.


• Comment voyez-vous l'évolution de la vape?

C’est un marché qui est en permanence sujet à polémique. De nombreuses entraves du monde politique ne nous permettent pas de nous imposer comme une réelle alternative face au tabac.

Il faut que les mentalités changent. Je souhaite que notre marché soit plus structuré afin de pouvoir communiquer de manière centralisée, d’une seule voix. C’est la seule manière de pouvoir faire reconnaître notre métier comme c’est déjà le cas en France par exemple où les magasins ont pu être ouvert durant la période de confinement à contrario de la Belgique.


Quelles sont vos attentes pour les prochaines années?

Développer mon réseau de boutiques et la création d’un label de qualité pour les magasins afin de permettre aux consommateurs d’avoir la certitude de la qualité des produits et des conseils. Cela permettra de créer une vraie légitimité de ce métier auprès du public comme les pharmacies.


• Quelles sont les points qu'il vous semble important de défendre?

- Bénéfice de la vape par rapport au tabac comme alternative beaucoup plus saine.

- Promotion de l’état comme par exemple en Angleterre où certains produits sont pris en charge par la sécurité sociale.


• Pourquoi soutenez-vous Icovape?

Il est important qu’une organisation nous représente afin de faire valoir nos droits et reconnaitre notre industrie auprès du monde politique : Nous sommes plus forts unis que divisés.



• How did you come to be so dismissive of me personally?

I have a rather special background in relation to smoking because I have never smoked, I currently smoke with 3mg of nicotine because I find it pleasant, it relieves me: especially the greedy one.


• On a professional level?

My first profession is textile. I had clothes shops in several cities in Belgium. One of my shops was in Brugge. I wanted to stop this point of sale because my results were not up to scratch for the textile range that I offered. Rather than close it, I opened an electronic cigarette shop in December 2013 under a Marseille-based franchise "La Galou". The beginnings were difficult because I did not sell nicotine, at the time, it was prohibited. The trigger came at the end of 2015 when sales exploded.

Being from Brussels, I decided to create my own network of shops in Brussels, 'La Vapotheque' at the beginning of 2016. I currently have 5 shops, including one in Waterloo. I also had until 2018, 3 shops in Flanders (Brugge, Oostende and Izegem) that I closed because the market is very different on this linguistic side and I could not have the same presence that I have in Brussels because of the distance.


• How do you see the evolution of the vape?

It is a market that is constantly subject to controversy. There are many obstacles in the political world that prevent us from imposing ourselves as a real alternative to tobacco.

Attitudes have to change. I would like our market to be more structured in order to be able to communicate centrally and with one voice. This is the only way to be able to have our profession recognized, as is already the case in France, for example, where stores were able to open during the period of confinement, unlike in Belgium.


• What are your expectations for the coming years?

To develop my network of shops and the creation of a quality label for the shops so that consumers can be sure of the quality of the products and advice. This will create a real legitimacy of this profession with the public, such as pharmacies.


• What points do you think are important to defend?

- The benefit of the vape compared to tobacco as a much healthier alternative.

- Promotion of the state as for example in England where certain products are covered by social security.


• Why do you support Icovape?

It is important that we have an organisation representing us in order to assert our rights and recognise our industry to the political world: We are stronger united than divided.

Press 

 

© 2019 Icovape

Toute reproduction même partielle doit faire l'objet d'une autorisation écrite.

Vaping_Post_fond_foncé_2.png
PGVG_fd nr.png
  • Facebook - White Circle
  • Twitter Icône sociale
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

111 avenue Victor Hugo - 75016 - Paris - France

contact@icovape.com | Tel: +33(0)6-88-39-35-03