• Icovape

Romain Rodrigues, prêt à se battre pour la Vape !



• Comment êtes-vous arrivé à la vape à titre personnelle?

J’ai commencé à fumer la cigarette à l’âge de 15 ans à l’école, j’ai ensuite découvert la vape à 16 ans dans une petite boutique de ma ville. J’ai tout de suite aimé le produit. J’ai commencé avec un Provari 2.5 avec un réservoir cartomizer et du Tribeca, c’était dingue à l’époque ! J’ai ensuite basculé rapidement sur du reconstructible et je me suis vraiment passionné pour le produit au point de passer des nuits blanches à regarder des vidéos sur YouTube pour essayer d’optimiser mes montages.


• Au niveau professionnel ?

J’ai donc arrêté l’école à 16 ans et j’ai été voir un magasin non loin de chez moi (EWAY) petit magasin à Noisy le Grand à l’époque, c’était le seul shop à vraiment s’intéresser au monde du High End et du reconstructible et ça me plaisait. J’y ai donc travaillé presque 2 ans pour ensuite aller chez Sunny Smoker, fabricant de la marque PULP et j’y suis resté jusqu’à mes 22 ans. J’ai adoré travailler dans ces 2 entreprises. J’ai appris beaucoup de choses durant ces 6 années qui m’ont permis d’ouvrir mon premier magasin en janvier 2020 sur Paris 15E.


• Comment voyez-vous l'évolution de la vape?

C'est toujours compliqué de voir une évolution dans un marché comme la vape. Qui aurait pu prévoir le développement de la vape au départ ? Qui peut encore faire des paris ? Ce qui est sûr, c'est que j'y crois, et que je ne suis pas le seul, tous les professionnels y croient. De toutes parts, la vape dérange et nous sommes clairement engagés, donc, la bataille risque d'être rude, mais je suis prêt à me battre, et je le fais déjà tous les jours.


Quelles sont vos attentes pour les prochaines années?

Mon objectif personnel est de développer un réseau de magasins, et celui-ci n'est, je l'espère, que le premier d'une longue série. La vape et moi, ce n'est pas juste une histoire de passion... J'espère que l'état et l'Union Européenne comprennent que des commerçants comme moi, avons besoin de soutien. Il est évident que la vape a connu un tel essor parce que justement elle permet de faire ce qu'aucun produit n'arrive à faire. La vape permet aux gens d'arrêter de fumer sans souffrance, et de trouver un autre plaisir bien plus grand que ce qu'ils pouvaient avoir avec la cigarette. Et faut pas croire, on n'arrive pas à aider tout le monde.

Mais l'Etat est responsable ! Les gens n'ont pas confiance, ils ont peur de la vape. On doit se battre tous les jours du fait de la désinformation ! La vape s'est développée grâce à des boutiques comme la mienne, en étant toujours plus proche des gens, en les conseillant et mon objectif est de continuer à aider les gens malgré les difficultés que l'on rencontre et les embûches politiques. 


• Quelles sont les points qu'il vous semble important de défendre?

La crédibilité de la vape. Les médias nous relayent de mauvaises informations et cela donne une mauvaise image de la vape. Les gens perdent ensuite confiance sur le réel bien fait de la vape pour eux. Qui n’est jamais venus vous voir en vous disant : « C’est dangereux, ça peut exploser ! » ou alors « on ne sait pas ce qu’il y a dedans, c’est pire que la clope »…

Je pense réellement que la vape est positive, aide les gens comme elle a pu m'aider, arrêter de fumer, c'est compliqué, même quand on est jeune, parce qu'on est dans une société où le tabac nous donne une identité. On essaie de se construire une image, d'appartenir à une société qui ne nous convient pas dans le fond, et là la clope vient et on devient cool, sympa, puis on devient accro, et cela existe depuis tellement longtemps. Mais une clope n'est pas une vape, quand tu clopes tu prends tout, la nicotine pour que ton erreur de jeunesse paie longtemps, et toutes les autres molécules qui sont cancérigènes et qui te tuent à petit feu - et ça tout le monde le sait. La vape ce n'est pas le cas et c'est une certitude, mais ils font semer le doute parce qu'un jeune qui ne prend pas sa première clope entre 12 et 15 ans, c'est un client en moins pendant des années!!! Alors que la vape, même si le jeune prenait une vape (parce qu'on n'a pas encore régler les problèmes de la société), il pourrait prendre un liquide sans nicotine, et au final ne jamais être accro. Mon but n'est pas de pousser les jeunes à vaper, mais qu'on arrête de les pousser à fumer! Or tout est fait dans ce sens, et toutes les lois qui freinent la vape défendent la clope. Jusqu'à quand?


• Pourquoi soutenez-vous Icovape?

Au final, Icovape crie haut et fort ce que beaucoup pensent tout bas. A force de penser qu'on est tous meilleurs que les autres, et qu'on peut se battre seul, on finit par tout perdre. Ce que j'aime bien chez Icovape c'est que justement, il n'y a pas de compétition, les choses doivent avancer, Icovape dérange et au final fait avancer.

De plus, quelle est l'association qui donne la parole à tous les acteurs de la vape, qu'ils soient ou non dans Icovape? Et je pense qu'au final, le fait de donner la parole va faire que tout le monde aura ce sentiment d'être entendu et de ne pas rester seul en se disant dommage. Et quoiqu'il en soit, il vaut mieux se faire entendre que de ne rien faire, ni ne rien dire. Donc j'invite tout le monde à participer et à prendre la parole pour qu'on puisse au moins se dire, on a essayé!


• How did you come to be so dismissive of me personally?

I started smoking cigarettes at the age of 15 at school, and then I discovered the vapour when I was 16 in a small shop in my town. I liked it right away. I started with a Provari 2.5 with a cartomizer tank and Tribeca, it was crazy at the time! Then I quickly switched to rebuildable and got really passionate about the product to the point of spending sleepless nights watching videos on YouTube to try and optimize my edits.


• On a professional level?

So I quit school at 16 and I went to see a shop not far from my home (EWAY) small shop in Noisy le Grand at the time, it was the only shop that was really interested in the world of High End and rebuildable and I liked it. So I worked there for almost 2 years and then went to Sunny Smoker, manufacturer of the PULP brand and I stayed there until I was 22 years old. I loved working at both companies. I learned a lot during these 6 years which allowed me to open my first store in January 2020 on Paris 15E.